L’ÉPOQUE DU GRAND VIGNOBLE

ou

"LA GRANDE SERENNITE"

 

Dans un passionnant ouvrage concernant une étude statistique sur le Canton de Doulaincourt et destinée au Comice Agricole, Monsieur Charles Demimuid, Instituteur à Saint-Urbain, nous donne de précieuses indications sur le profil de notre village dans les années 1875. Les chiffres sont quelquefois rébarbatifs, mais point ici : leur lecture nous amène à parfaitement imaginer notre village, tel qu'il fut à l'époque du grand vignoble, avec toute les activités qui l'animaient. Nous y avons ajouté quelques informations concernant le remembrement de 1991/1992, qui permettent d'apprécier l'énorme changement de physionomie de Vaux, en cent vingt ans.

Le coteau de La Rippe à l'époque du grand vignoble.

En voici l'essentiel concernant notre commune :

Population : 275 habitants; Nombre de ménages : 109 (on disait feu sous l'ancien régime)

Nombre d'élèves à l'école du village : 32.

Superfice Communale

Remembrement de 1991

Total : 630 ha 619 ha
Terres labourées : 325 Terres labourées : 325
Vignoble : 132, le 3ème du canton, il atteindra 200ha31 en 1882  
Jardins, vergers, chènevières : 6  
Bois: 40  
Plantation ?: 44  
Sapin: 24  
Friches: 28  

Sol bâti: 1,5

 
Eau, chemin, routes, places etc ... : 13,5  

Profil cadastral

au moment du remembrement de 1991

Nombre de parcelles 4323 Nombre de parcelles 3816
  après le remembrement : 284
   
de - de 1 ha : 4310  
de 1 à 5 ha : 9  
de 5 à 10 ha : 4  
+ de 10 ha : 0  

 

Matériels agricoles inventoriés :

Animaux domestiques :

2 charrues perfectionnées 17 chevaux
2 charrues vigneronnes 26 vaches
5 charrues "du pays" 6 génisses/taurillons
4 herses en fer 2 veaux
10 herses en bois 2 béliers
4 rouleaux en bois 140 brebis
8 voitures à 2 roues 50 moutons
3 chars à 4 roues 80 agneaux
4 machines à battre 58 cochons
4 cylindres 1 bouc
1 machine à battre le grain, actionnée par le Meurget 18 chèvres.

 

Vaux possédait déjà ses trois fontaines et son lavoir.

Les trois chemins vicinaux reliant notre village à ses voisins n'étaient encore pour la plupart que des chemins de traverse puisque on nous signale :

- De Vaux à Domrémy : à construire

- De Vaux à Maconcourt : à construire ; en construction depuis Maconcourt

- De Vaux à Donjeux : en construction, pour faire la jonction avec celui qui allait de Saint-Urbain à Vaux, qui lui était déjà "à l'entretien" ; en construction aussi depuis Donjeux.

Enfin, Monsieur Demimuid nous donne la liste des cépages utilisés dans le vignoble :

Noirs : Blancs :

Petit Gamay (55 %) Blanc pineau; Gros Gamay (35 %) Blanc Gamay; Pineau de Bourgogne Obier; Noirien du Languedoc Gouais blanc; Troyen Chasselas (table); Dameron; Gouais noir, Teinturier, Pineau Gris

Casdastre 1830

Les limites de la commune sur le cadastre de 1830

Casdastre Vaux Nap1

Le plan du village sur le cadastre de 1830.

On peut y repérer les maisons qui ont disparu, et celles qui ont été bâties depuis le règne de Louis-Philippe.

Après une lecture attentive de ces chiffres, ce qui frappe tout d'abord est la diminution très conséquente de la population sur environ 30 ans. De 330 habitants vers 1843 / 1845 il ne reste plus que 275 âmes en 1875 : - 16 %. (voir tableau INSEE *)

La raison n'en est pas les conséquences néfastes de la guerre récente avec nos voisins. En effet, un phénomène inexorable commence dans les campagnes, et partout en France : la désertification rurale; qui a continué encore bien longtemps. Fort heureusement, la situation semble maintenant se stabiliser.

Nous arrivons tout juste dans une époque où, après de longs siècles de vie de dur labeur, de vie simple, les populations rurales sont attirées par le développement galopant de l'industrie (dans notre région la métallurgie), et par les grands travaux des chantiers publics (routes, rails, canaux).

Les ouvriers agricoles, travaillant (ou corvéables) depuis des siècles pour un salaire de misère, d'abord pour un Seigneur, ensuite pour de plus petits propriétaires, ou pour eux-mêmes après la redistribution des terres en 1791- ont commencé à fuir les travaux des champs pour une autre laborieuse condition, en usine ou pour l’État, sur les grands chantiers nationaux et locaux en cours de réalisation, en grande partie commencés sous le règne de Napoléon III, mais plus rémunératrice. Ils espèrent un jour gagner la ville où tout semble plus facile....quelquefois même être embauchés là où ils ont travaillé.

Partie à la ville ou dans les grands bourgs voisins, itinérante quelquefois, cette population migrante diminue le nombre des habitants fixes des villages, principalement des ouvriers, mais d'un autre côté, elle reste forte consommatrice des produits locaux.

Vaux n'a pas échappé à ce phénomène, mais, paradoxalement la surface du vignoble s'agrandit, les maisons se construisent toujours, certaines avec des façades très élégantes. Nous pouvons citer ici Monsieur Georges Duby, professeur au Collège de France, qui, dans son Histoire de la France rurale (1789/1914) note :

"Une période assez exceptionnelle s'ouvre avec le Second Empire. Non pas tant du fait du nouveau régime, mais surtout parce qu'une conjoncture particulièrement favorable avantage de monde rural. Le marché intérieur s'élargit sans cesse, et la production alimentaire parvient à y répondre grâce aux progrès techniques, et les prix agricoles montent. Comme en ce même temps, l'exode rural diminue le nombre des co-partageants de ce revenu, le niveau de vie de la paysannerie s'est nettement amélioré... c'est une période incontestablement heureuse..."

Nous l'avons déjà dit, cette situation entraînera une vie plus aisée dans le village, les dons à l'Église ne manqueront pas, et même jusqu'au tout début du XXème siècle (vitraux).

Outre la vigne, nous y reviendrons plus tard, les produits locaux fournissent naturellement de quoi se nourrir en tout, et permettent de commercer avec l'extérieur. Notre village ne manque jamais d'eau : trois fontaines, (dont une au lavoir), des puits, le Meurjet.

Lorsqu'on regarde la liste des animaux domestiques recensés dans notre village à cette époque, excepté les chevaux qui travaillent aux champs, et les volailles omises dans ce décompte, mais que l'on peut imaginer un peu partout le long des habitations côté rue, et derrière, dans les jardins, on voit leur diversité.

Un élevage, encore très pastoral certes, mais qui fournit toute sorte de viande et de produits annexes (laits et fromages, laine, viande à saler qui se conservera pour l'hiver) que l'on consomme sur place et dont on vendra le surplus.

La vie est très active à Vaux : on y trouve, comme dans beaucoup de villages alentours, de nombreux artisans, signes de la vitalité du pays et de la diversité des activités : charrons, cordonniers, maréchaux-ferrant, apiculteurs, sabotiers, bourreliers, tisserands, bouchers, taverniers, bouilleurs de cru, boulangers, épiciers, maçons, carriers, et bien sûr, agriculteurs et viticulteurs dont les exploitations sont plus ou moins importantes.

 

Document INSEE: Direction Régionale Champagne Ardenne

UN SIECLE DE POPULATION COMMUNALE 1872 - 1975. Haute-Marne

                               
Commune 1872 1881 1891 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Vaux sur Saint-Urbain 275 261 235 195 171 129 108 83 83 73 65 96 90 83 89
Domrémy-Landeville 323 324 301 308 290 270 214 210 201 219 157 164 151 146 152
Donjeux 622 535 584 573 597 545 478 424 392 419 345 424 460 438 449
St-Urbain - Maconcourt 1116 964 853 764 641 560 463 488 495 499 480 630 685 745 754
Doulaincourt-Saucourt 1308 1218 1380 1425 1443 1455 1335 1194 1127 1195 1098 1039 1152 1215 1271
Chaumont 9141 12713 11694 12853 13306 13445 14013 14341 15584 19126 17996 20735 24593 27857 29329
Copyright © 2017 Vaux sur Saint-URBAIN.com - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
  • Mise à jour du site le samedi 20 février 2016, 19:04:51.